Artiste plasticienne d’origine colombienne, Hilda Caicedo nous surprend dans la curieuse relation qu’elle entretient avec la matière. Une matière qu’elle récolte, assemble, recompose, quel que soit le medium employé (collage, peinture, vidéo…). Son travail, d’une apparente douceur, de par le choix des formats, souvent petits et légers, l’emploi de couleurs à la fois pastels, sobres et végétales, contraste avec les histoires qu’il raconte : sensibles, dures, tranchantes, témoignage du paysage violent dans lequel elle a grandi. Et si sa production dévoile avec poésie et pudeur, son expérience personnelle de l’exil, c’est toujours avec la distance suffisante pour qu’il puisse raisonner, dans chacun d’entre nous.

It surprises us to see how Hilda Caicedo, an artist from Colombia, deals with matter the peculiar way she does. She collects, assembles, reshapes, no matter what medium she is using (collage, painting, video, etc.). It looks like her works are delicate as she favours small-sized, slight supports, the use of colours all at the same time pastel, restrained and green. In turn, it contrasts with the stories the artist is telling — moving, hard, acute, memories of the violent environment in which she grew up. When her works reveal her own experience of the exile in a poetic and unassuming way, there always is the appropriate distance that will allow the story to ripple through each and every one of us.

Laure Raffy

Jeune Création 67